Exploitation Forestière:Les Banen disent Non à la Vente de leurs Terres

C’est par une conférence de presse tenue le Jeudi 06 Mai au Palais Dika Akwa de Douala, très courue et respectant les règles de protection et de distanciation sociale, que le Collectif »Les Banen disent NON » a lancé sa campagne de communication et de Lobbying pour dire son indignation et mettre fin à la procédure de classement de 64835 ha dans le domaine privé de L’Etat, situé dans son héritage domaniale, afin d’en faire une concession d’une trentaine d’unités forestières d’aménagement(UFA).

On se souvient que le 04 février dernier dans un avis public à manifestation d’intérêt pour le classement de ce vaste périmètre forestier, paru dans le journal Cameroon Tribune, le Ministre des forêts et de la faune, invitait les entreprises et personnes intéressées à souscrire à cet appel.Ce projet qui suscite l’inquiétude des populations de la zone forestière concerné,  notamment le Peuple Banen, qui s’oppose désormais avec véhémence au processus d’expropriation en cours et essaye de défendre son patrimoine ancestral et de sauvegarder les intérêts des générations futures.

Remontant l’historique du problème, Le Patriarche Luc Mbende de cette Communauté établie dans 02 régions du Pays(Littoral,Centre) et principalement dans les départements du Noam, de la Sanaga Maritime et du Grand-Mbam, s’est voulu claire et sans ambages<<Nous avons les titres fonciers sur ces terres et personne ne pourra plus nous spolier dessus>>.D’apres le patriarche, les démarches d’immatriculation ont débuté en 1960, et ont été enregistré en 1965, avec un Folio de 1966 et une confirmation du Conservateur Elie Mbopda en 1986 au numéro 4060.Il évoque les décisions anciennes, notamment l’arrêt du projet de l’ONG WWF en 2006 à la suite de l’opposition vigoureuse des communautés intéressés, sur la base de la reconnaissance par L’Etat des droits ancestraux et traditionnels desdites communautés sur les terres litigieuses, ainsi que sur le non-respect des exigences de la déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones adoptée le 13 septembre 2007 en ses articles 8,10,19 et 32 de cet instrument international faisant office au conseil des Nations.

Pour le Chef Traditionnel du village Lognanga(épicentre de la concession), Majesté Victor Yetina<<Nous ne souhaitons pas cette exploitation, d’abord parce que, en temps que propriétaires de ces terres,nous n’avons pas été associé et de deux, au vu du bilan désastreux sur la gestion  de plus d’une Centaine d’unités forestières d’aménagement dans le Pays, nous sommes convaincus que celà crée plus de problèmes qu’il y en avait avant les exploitations…et voulons que nos enfants des villes et de la diaspora eux-mêmes décident plutard de leurs héritages>>.

Le Collectif »Les Banen Disent NON »  est un regroupement des Filles et Fils Banen déportés de la forêt d’EBO qui envisagent le retour dans ce qui fut jusqu’en 1963, la terre de leurs parents et aïeuls et qui abrite encore des vestiges comme des cimetières sacrés qui constituent pour eux des repères culturels et traditionnels immatériels, tout comme des exploitations agricoles.Ils entendent profiter de cette phase, pour lutter, afin de retrouver leurs Terres ancestrales.Le Gouvernement a d’ailleurs déjà été saisi par une Lettre mémorandum, afin de stopper les démarches du ministre des Forêts et de la faune, qui Lui argue essayé de trouver des ressources pour L’Etat qui fait face en ce moment à plusieurs crises.

Nous vous promettons suivre ce dossier jusqu’à son dénouement final.

Victor Esso Tiki

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.