Lancement des Festivités du 75ème anniversaire de la Fédération Syndicale Mondiale : Le Mouvement Syndical du Cameroun annonce une festivité « bien spéciale » pour les syndicats

C’est par une conférence de presse tenue le vendredi 02 Octobre à l’hôtel Somatel et le lancement solennel des activités le 03 Octobre à l’hôtel la falaise de Bonanjo-Douala, que le Président de l’Union Générale des Travailleurs du Cameroun Isaac Bissala, a procédé au lancement des Festivités du 75ème anniversaire De la Fédération Syndicale mondiale et le mouvement syndical au Cameroun, en présence de Mme le Conseiller Technique N°2 au Ministère du travail et de la sécurité sociale Mme Galega Njiwam, Représentant le Ministre Gregroire Owona et une Centaine de syndicalistes.

Une fois n’est pas coutume, les centrales syndicales ne feront pas de marche ni de discours en plein air pour cette édition spéciale 75ème anniversaire . En raison du respect des mesures barrières sanitaire instauré depuis le début de la pandémie à Coronavirus. elles se contenteront, cette fois-ci, de célébrer par des programmes de formation en ligne ou en presentiel, notamment celui des conseillers des salariés, sur le syndicalisme, sur la création d’emplois et la décentralisation et aussi plusieurs débats autour de la politique des revenus, l’avenir du travail dans un contexte de pandémie mondiale ou encore la sécurité sociale au service des Travailleurs.Telle a été la substance du message communiqué à la presse nationale présente lors du lancement de ces activités.

Pour Le Président de L’Union Générale des Travailleurs du Cameroun Isaac Bissala:<<Malgré les conditions difficiles de la naissance du mouvement syndicale mondiale et celui du Cameroun en particulier il y a 75 ans, qui avait vu coulé le sang des camarades, le mouvement syndical du Cameroun vit et oeuvre au quotidien à l’amélioration des conditions de vie des Travailleurs.. .beaucoup reste à faire…mais beaucoup a déjà été fait dans le sens de l’amélioration constant de la vie des Travailleurs.L’objectif de cette semaine sera entre autres de discuter du rôle des syndicats dans cette réponse à la crise sanitaire et voir comment défendre les intérêts des Travailleurs en pareils circonstances.>>

 

<<L’heure est à l’évaluation de l’impact du Covid-19 sur le monde du travail, parce qu’on a constaté plusieurs mise en congés techniques, des licenciements et même des abus…meme si, on constate une certaine reprise au plan national, nous devons nous impliqués pour nous rassurer que les droits des Travailleurs ont étés respectés…c est le moment pour nous, de profiter pour inviter les travailleurs à adhérer aux mouvements syndicaux…ils ne peuvent pas toujours solliciter les syndicats quand ils sont en difficultés, et fuirent ou ne pas payer leurs cotisations quand tout se passe bien.>>renchérit-t-il

Pour sa part, Mme le Conseiller Technique représentant Mr Le Ministre du travail Gregroire Owona, s’est dit émerveillée et confiante sur les activités des mouvements syndicaux du Cameroun en général et celui de L’UGTC en particulier«C’est une année difficile d’abord pour les travailleurs, mais aussi pour tous ceux qui sont dans la recherche d’un emploi…La pandémie à Covid-19 n’a pas fait des cadeaux à personne, et l’histoire du syndicalisme Camerounais, démontre bien que nos syndicats ne sont pas des faits valoirs et oeuvrent pour le bien-être des Travailleurs…. évidemment former, plaidoyer, oeuvrer dans le sens de la préservation, de la création et de l’amélioration des emplois et conditions des employés ne peut qu’être encouragé et Le Ministre m’a dit de vous présenter tout ses sincères encouragements.>>dira-t-elle

Le mouvement Syndical Camerounais qui compte une Centaine de syndicats actifs a connu beaucoup de mutations et a contribué à l’émancipation des droits, ainsi qu’a la démocratisation de la société.Ce 75ème anniversaire sera l’occasion pour ces acteurs du développement intégral de L’Homme de refaire un pèlerinage dans le temps, s’arreter pour s’evaluer et se projeter dans l’avenir pour mieux défendre leurs intérêts, mais contribuer à la création d’une société juste et solidaire…malgre les difficultés et soubresauts des lendemains jamais très certains.

«Le syndicalisme porte la marque de son époque, les fonctionnaires coloniaux. Ils avaient des emplois protégés, souvent avec des statuts. Aujourd’hui, le mouvement reste lié à ces catégories sociales. La victoire y est facile. Il n’y est question que de salaires pour que l’État et les entreprises marchent», juge une syndicaliste présente.

 

«Préserver les droits et acquis des travailleurs»

Le programme élaboré par l’Union Générale des Travailleurs du Cameroun (UGTC)s’etend jusqu’au 17 Décembre, jour de clôture. Elle se tient sous le signe « de la poursuite de l’engagement pour la reconstruction de l’État social afin de faire face aux crises et chocs futurs», confie le Président Isaac Bissala. L’UGTC appelle à instituer une obligation pour tous les employeurs de réintégrer tous les salariés dans les entreprises en arrêt, en raison de la pandémie du coronavirus, tout en préservant leurs acquis sociaux.

Victor Esso Tiki

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.