Gestion durable des forêts et Transhumance Frontalière dans le Bassin du Congo et le Sahel : Les experts Pays élaborent des plans d’investissement pour mieux adresser les problématiques du développement durable

Du 12 au 15 Juillet 2021 à l’hôtel Akwa-Palace de Douala au Cameroun, les experts pays des questions de gestion forestière et de développement durable se sont retrouvés à l’initiative de la coopération Allemande (GIZ), dans le cadre du partenariat pour les forêts du bassin du Congo et du suivi de la déclaration de Ndjamena dans le contexte de la Covid-19.En effet, on se souvient que, du 23 au 25 janvier 2019, une conférence sur la transhumance transfrontalière avait réuni une centaine d’experts et 08 Ministres des questions d’élevage, de l’environnement et des forêts, qui au terme des travaux, avait promulguée une déclaration de collaboration entre le partenariat des forêts pour le bassin du Congo (PFBC), la COMIFAC, la République du Tchad et les partenaires techniques et financiers.

Cette déclaration de Ndjamena qui portait sur la nécessité d’asseoir un cadre idoine pour les actions de transhumance transfrontalière dans la sous-région, qui respecte la préservation des écosystèmes forestiers et environnementaux et garantie une appropriation conjointe pour une meilleure conservation de la biodiversité et du développement durable.
Pour se faire, plusieurs blocs avaient été arrêtés, pour un suivi adéquat et efficace. Celles-ci sont divisés en 03 Blocs :
-Le Bloc géographique Ouest (qui va du Nord Est du Nord-ouest du Cameroun en passant par le Sud-Ouest du Cameroun, le Sud-Ouest du Tchad et du Nord-ouest de la RCA.
-Le Bloc géographique Centre(qui inclus les territoires englobant le Sud-est du Tchad au Nord-est de la RCA et du Sud-Ouest du Soudan.
-Et le bloc géographique Nord qui englobe le Congo, la RDC et la Centrafrique.

Les travaux ont planché sur plusieurs thématiques comme:Le cadre juridique pour une collaboration entre les Etats, la stratégie de lutte anti-braconnage dans les aires protégées, la gestion de la transhumance, la consolidation de la paix et la sécurité, l’équilibre santé humaine et conservation de la biodiversité(Zoonose et Covid-19).Il ont fait le point sur les précédentes de Réunion de Kinshasa et Ndjamena, et adopter des feuilles de route pour un meilleur suivi des activités arrêtées et une préservation accrue de la biodiversité, tout en préservant les intérêts des éleveurs.

Pour le Représentant du Ministre des forêts du Cameroun, Prèsident en exercice de la COMIFAC:<< il était question de faire un état des lieux de la Ndjamena et affiner les extras des travaux de chaque blocs. S’accorder sur les actions transfrontalières prioritaires à développer pour mutualiser les efforts entre les États…entre autres. Je remercie tous les participants>>dira-t-il dans son discours de circonstance.

On a noté la présence de l’honorable Dr Christian Ruck, facilitateur de la République Fédérale d’Allemagne du PFBC, a salué l’engagement des experts et Représentants Pays lors des différents échanges.

À terme, les résolutions des travaux adoptés, permettront de mieux géré les problématiques de transhumance transfrontalière et de conservation de biodiversité entre les différents États et de réduire considérablement l’impact des zoonoses et autres dans le bassin du Congo et le Sahel.

Victor Esso Tiki

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.