Chefferie traditionnelle : la région du Sud s’inscrit dans la continuité.

L’Assemblée Générale élective du Conseil Régional des chefs traditionnels du Sud qui s’est refermée à Kribi le 02 Décembre 2021 a consacré la grandeur d’esprit des garants du pouvoir ancestral.

La désignation des membres du bureau du Conseil des chefs traditionnels du Sud constituait l’un des enjeux majeurs de ce conclave des garants du pouvoir ancestral à Kribi . Dans la cité balnéaire de l’océan , la montagne aura donc accouché d’une souris avec la réduction par acclamation de majesté René Désiré Effa le président sortant. Il est celui que tous les chefs traditionnels du Sud présentent comme une figure emblématique de la revalorisation de la chefferie traditionnelle au Cameroun. Selon Majesté René Désiré Effa President entrant  » Ce qui pointe à l’horizon c’est la relecture de nos textes , les statuts et le Règlement Intérieur puisqu’il y’a des petites choses à corriger. Il faut le nettoyer un peu pour qu’il soit accepté par tous ».

Un bilan élogieux

À l’actif du président du bureau sortant du conseil des chefs traditionnels du Sud l’entrée de vingt chefs traditionnels dans le bureau exécutif du Conseil Régional du Sud dans le cadre du commandant traditionnel. Il est la cheville ouvrière de l’anoblissement grandes personnalités de la République notamment Son Excellence Paul Biya Président de la République élevé au titre de Nnom Nguii en 2011 au comice agro-pastoral d’Ebolowa. Dans ce même registre figurent en bonne place certains des soutiens séculaires du chef de l’État comme l’ancien préfet du département de l’Océan Antoine Bisaga intronisé Nyamoto Ejijin ou encore L’honorable Jean Jacques Zam député de la Mvila centre élevé au rang de Nyamoto Engelezeck. De toute évidence majesté René Désiré Effa fait l’unanimité auprès de ses pairs des départements de l’océan, de la Mvila,du Dja et Lobo et de la Vallée du Ntem.

arrimer la chefferie traditionnelle à l’émergence

Les travaux de la cité balnéaire de l’océan se sont naturellement ouverts par une leçon inaugurale portant sur la décentralisation et la chefferie traditionnelle au Cameroun. Une démarche qui vise à capaciter les garants de pouvoir ancestral à mieux jouer leur rôle d’adjuvants dans l’épanouissement des populations de leurs localités respectives. Tous sont donc unanimes que désormais la chefferie traditionnelle pourra peser de tout son poids pour l’émergence de la région du Sud. Selon Majesté René Désiré Effa  » l’un des chantiers les plus importants c’est la décentralisation. Les chefs traditionnels doivent se responsabiliser davantage. Nous sommes les piliers de la décentralisation parceque c’est nous qui sommes au contact de la population. C’est nous qui connaissons leurs préoccupations,leurs problèmes, leurs difficultés et c’est nous qui devons porter ces doléances aux instances de décision « .
Il est donc évident que les perspectives qu’offre ce bureau à l’heure de la décentralisation sont intéressantes à plus d’un titre.

Consty d’Ebolowa, Correspondant

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.