Valeurs De Douala:L’inoxydable Guillaume Ekambi Dibongue

Le Vice Recteur de l’Université de Douala vient d’achever avec brio la mission qui lui a été confiée par les Akwa et le Ngondo.

Sa silhouette longiligne avec fière allure, son teint foncé noir soigné et ses intonations baryton comme lui seul sait en faire résonner se sont imposés à toutes et à tous, bon an, mal an. Son nom fait autorité.

« Docta Ekambi ». Une affectueuse appellation qu’on lui a collée dans les milieux sawa du fait de son statut d’enseignant d’ Université. Sa promotion en grade, il y a plusieurs années déjà, n’y fera rien.  » Docta Ekambi » est resté pour aimablement et respectueusement désigner le Professeur Guillaume EKAMBI DIBONGUE.

Il se montre peu et fait peu parler de lui. Racé, son personal branding intimement ancré dans son ADN le range au registre de ces belles âmes, sobre, discrèt, effacé et sans histoire, doué d’une fine intelligence, d’une sagesse et expérience certaines. Les qualités d’un bon  » nègre », comme on les appelle en littérature, ou d’une « éminence grise » (diront d’autres) qu’il n’a jamais cessé d’être auprès de plusieurs personnalités parmi les plus insoupçonnables. Avec la même humilité et le même dévouement.

Universitaire chevronné, ce politologue de haut vol totalise une expérience d’une quarantaine d’années aux côtés de figures emblématiques comme le célèbre Dika Akwa Nya Bonambela (son père spirituel), Joseph Dipita Pokossy Doumbe (dont il fût l’inamovible Directeur de Cabinet à la tête de la Communaute Urbaine de Douala), le richissime homme d’affaires Samuel Kondo (dont il fût le très écouté et incontournable Conseiller Special jusqu’à à sa mort en 2020) ou encore S.M. Din Dika Akwa III, qui avait fait de lui son homme de confiance et son confident, pour ne citer que ceux-là …

S’il y avait un Hall of Fame des artisans sans relâche du Peuple Sawa, son nom se trouverait indubitablement fort bien haut. Figure emblématique du Sawa Land, il est une cheville ouvrière du NGONDO, du NGONDO FOUNDATION et de plusieurs autres entités portées par l’instance faîtière du Peuple Sawa. Ceux qui en parlent sans doute le mieux sont les Monarques Sawa auprès desquels il jouit d’une étonnante quasi- unanimité, eux qui recourent à profusion à cet homme pondéré et réfléchi pour recueillir avis et conseils. Sans phare, ni tambour, ni trompette. Énergiquement dans l’ombre.

Produit des universités camerounaise et françaises, doté d’un impressionnant capital social et d’un réseau relationnel que l’on soupçonne fort robuste, l’homme a toujours suscité des interrogations quant à son refus obstiné d’entrer dans l’arène politique où beaucoup espéraient – ou à contrario redoutaient – le voir basculer. Les rares interlocuteurs qui ont eu l’opportunité d’aborder directement ce délicat sujet avec lui sont rentrés bredouilles face au sourire mystérieux qu’il oppose aux échos des diverses et interminables sollicitations. Ce qui permet de nourrir les thèses de certains détracteurs qui stigmatisent volontiers un personnage hautain, voire condescendant et élitiste. Autant d’épithètes qui ne semblent point entamer sa détermination à servir et toujours servir sous les différentes casquettes socio culturelles que le MBOA n’a de cesse de lui confier. La plus récente étant celle de Président du Comité d’Organisation des Obsèques Officielles du Roi des Akwa.

Apres une semaine, minutieusement orchestrée sous sa houlette, où la ville de Douala a été (re) plongée dans un retour aux sources rarement vécu par les doualaises et les doualais, « Muledi Ekambi », et sa solide équipe, ont réussi le pari de faire converger la République à Douala, le temps d’un Week-end pour un Aurevoir Solennel à S.M DIN DIKA AKWA III.

Une orchestration saluée par tous, même au-dela de nos frontières, comme un indéniable et magnifique succès.

C’est toujours avec cette maestria que ce digne et valeureux fils Bonamoukouri-Bonakouamouang avait jadis, il y a vingt ans exactement, conduit le 27 Octobre 2001 le Sacre au Trône de S.M. DIN DIKA AKWA III, cérémonie restée mémorable dans la Capitale économique du Cameroun.

Le 25 Septembre dernier au terme des Obsèques Officielles de S.M DIN DIKA AKWA III, le Vice Recteur de l’Université de Douala a donc achevé la mission à lui confiée par les Akwa et menée sous l’égide du Ngondo.

Une page se ferme. Une autre s’ouvre : celle de la succession au Trône des Akwa. Un processus auquel le Professeur n’est, ni de près ni de loin concerné. Qui se fera loin de son spectre, n’étant pas partie prenante dans cette opération et ne pouvant y prétendre de quelque façon que ce soit. Même pas pour émettre un avis. Il reviendra ainsi à qui de droit de faire connaître le nouveau KING AKWA.

Fort de son imperturbable _Patriotisme Sawa_ difficilement mis à l’épreuve, le Professeur EKAMBI DIBONGUE, espère-t-on , restera au charbon pour l’aboutissement des grands chantiers concernant le MBOA SAWA dans son grand ensemble. Une vocation. Le sacerdoce d’une vie … Le sacerdoce de sa vie.

Victor Esso Tiki

Laisser un commentaire

Afrique Infos, NewsletterABONNE TOI !

Hey! Vous partez déjà, Enregistrez vous à notre newsletter et soyez informés en temps réels sur les meilleures informations de l'actualité mondiale.